Souvenirs d’enfance

Découvrez ici les souvenirs d’enfance des participants en lien avec une expérience de l’obscurité à l’extérieur.

Le seul véritable souvenir de nuit qui me reste de l'enfance, c'est cette lumière orangée des hauts fourneaux d'Usinor qui éclairait le ciel d'est jusqu'à masquer les étoiles... Les éclairages publics de la rue, leurs reflets blafards sur les tuiles d'une maison plus basse que ses voisines. Les phares d'une voiture pressée, un coup de klaxon nerveux.

Posté le 23/05/2022 à 15h11

En vacances quand j'étais enfant, on rentrait de temps en temps à pied au camping où nous avions notre tente du côté de St Jean de Monts, on voyait à chaque fois des vers luisants. Il y a bien longtemps que je n'en avais pas vu et j'étais heureux d'en voir deux l'été dernier à Melesse pendant ma balade du soir avec mon chien.

Posté le 10/05/2022 à 22h34

Je serai honnête : je n'ai pratiquement pas de souvenir d'enfance lié à l'obscurité à l'extérieur avant mes 13 ans. Parce que si je compte bien, les heures passées à la belle étoile à contempler la voûte céleste, souvent en bonne compagnie, c'était... après mes 13 ans, tout juste, mais pas avant.
Tout ce que je suis arrivée à faire revenir comme souvenir, après quelques efforts, ce sont les vers luisants sur les bas-côtés herbeux de la route, lors des rares occasions où je me trouvais dehors ap…

Je serai honnête : je n'ai pratiquement pas de souvenir d'enfance lié à l'obscurité à l'extérieur avant mes 13 ans. Parce que si je compte bien, les heures passées à la belle étoile à contempler la voûte céleste, souvent en bonne compagnie, c'était... après mes 13 ans, tout juste, mais pas avant.
Tout ce que je suis arrivée à faire revenir comme souvenir, après quelques efforts, ce sont les vers luisants sur les bas-côtés herbeux de la route, lors des rares occasions où je me trouvais dehors après la tombée de la nuit et avant mon adolescence. Vers luisants qui m'avaient fortement marquée, et que je n'ai plus revu ensuite... sauf il y a quelques années dans une campagne préservée des pesticides. Les vers luisants et les coquelicots sont réapparus ensemble, preuve qu'il nous reste un peu d'espoir.

Posté le 10/05/2022 à 16h32

L'été de la seconde, la seule année scolaire où les autres étaient en examen mais pas nous. Direction la pleine campagne pour une semaine chez la mamie de ma meilleure amie. Bien sûr on dormait peu, discutait beaucoup et on jouait à se faire peur. Surtout quand par les nuits de pleine lune les fleurs de plans d'artichauts prenaient vie et devenaient de sympathiques monstres. On sortait aussi en douce en pleine nuit dans le jardin pour voir les vers luisants au son des grillons. De bons souvenirs.

Posté le 02/05/2022 à 22h15

Les soirs en été sur la place de la cité, plus d'école on était une petite bande les plus grands 14 ans et les petits 8 ans. C'est l époque où nos parents nous menaçaient du loup qui va venir te prendre. Les grands se cachaient et poussaient des hurlements et nous on se serrait les uns contre les autres. On savait que c'était pour nous faire peur mais on y revenait tous les soirs. Et puis les hannetons au mois d'août gros comme le pouce. les filles avaient peur qu' ils se collent dans leurs c…

Les soirs en été sur la place de la cité, plus d'école on était une petite bande les plus grands 14 ans et les petits 8 ans. C'est l époque où nos parents nous menaçaient du loup qui va venir te prendre. Les grands se cachaient et poussaient des hurlements et nous on se serrait les uns contre les autres. On savait que c'était pour nous faire peur mais on y revenait tous les soirs. Et puis les hannetons au mois d'août gros comme le pouce. les filles avaient peur qu' ils se collent dans leurs cheveux et ça grésillait dans les mains. On soufflait sur les vers luisants pour les "allumer" un peu plus. Un par un on rentrait à la maison en courant, pas de lumière, un rayon de lune et on connaissait le chemin. A demain !!

Posté le 29/04/2022 à 19h47